Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 15:54

 

D'abord un petit mot sur ce Château :

 

 

gazin.gif      Chateau-Gazin.JPG

 

 

Château Gazin

 

 

Le vignoble de Pomerol s’est développé du 12ème siècle à la Révolution sous l’égide des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. Le Château GAZIN, qui était un village au 18ème siècle, est probablement situé à l’emplacement de “l’Hospital de Pomeyrols”, construit par les Chevaliers pour accueillir les pèlerins sur le chemin de St Jacques de Compostelle.


Le vignoble de Château GAZIN couvre une superficie de 26 ha d'un seul tenant dont 24 plantés en vignes sur le célèbre plateau argilo-graveleux de Pomerol. Le domaine peut produire jusqu’à 100 000 bouteilles, le vins se compose généralement de Merlot 90 %, Cabernet Franc (Bouchet) 3 % et Cabernet Sauvignon 7 %. Un second vin AOC Pomerol, l’Hospitalet de Gazin, a été créé en 1986 afin de réserver le meilleur de la récolte pour Château GAZIN.
La récolte est vinifiée dans de petites cuves en ciment. Elle est élevée en fûts de chêne, renouvelés pour moitié chaque année. Elle suit ainsi pendant 18 mois le processus d’élevage des grands vins de Bordeaux : fermentation malolactique en barriques, soutirages pour séparer peu à peu le vin de ses lies, collage aux blancs d’œufs et, le cas échéant, léger filtrage.
Après sa mise en bouteilles à la propriété, le vin est expédié en caisses bois à travers le monde par le négoce bordelais. 80% de la production de Château GAZIN est destiné aux consommateurs étrangers.

 

 

 DSCN2422.JPG      DSCN2421.JPG

   

Avant la dégustation, j'ai envoyé un e-mail au Château pour essayer d'obtenir quelques informations supplémentaires sur ce vin, Nicolas de Baillencourt a eu la gentillesse de me répondre, voilà son avis ci-dessous :

 

 

 

 

Château Gazin 1928 Pomerol

 

Ce millésime 1928 est excellent, peut-être même supérieur au 1929. Les courtiers Tastet et Lawton  signalent le début des vendanges le 25 septembre. La production est moyenne -probablement à cause d'un petit gel de printemps- et la qualité, encore une fois, exceptionnelle. Je ne connais, en ce qui me concerne, que le Gazin 1929 que j'ai dégusté au sortir d'une cave parisienne d'où le vin n'avait pas bougé depuis sa mise en bouteille, en 1931. Le résultat m'avait impressionné. J'espère qu'il en sera de même pour ce 1928.

 Si vous décidez de le décanter ce doit être simplement pour retirer le dépot.  Le vin doit être bu dans le quart d'heure qui suit, sur les viandes blanches ou rouges et surtout pas sur des plats trop relevés. Le mieux est quand même de laisser le vin dans sa bouteile, sans aucun transvasement. Après avoir mis  cette bouteille en position debout pendant  une nuit, pour une décantation naturelle, vous pourrez goûter le vin en le servant  avec précaution pour éviter le dépot.

 

Nicolas de Bailliencourt.

 (Actuel propriétaire)

  

 

 

 

L'acquisition d'une bouteille exceptionnelle, en particulier un très vieux millésime est un moment rare et spécial. Un sentiment partagé de joie et d'impatience, comme un gamin à la veille de Noël et puis, une petite anxiété, car le risque de déception est grand.

 

Ce Château Gazin 1928, grand Pomerol, m'a convaincu, d'abord parce que je connais la personne qui me l'a proposé et qu'il me garantit des conditions de stockage impeccables, ensuite parce que le flacon le confirme, l'étiquette est parfaite, le niveau est très bon, hautes épaules, pour un vin de plus de 80 ans et qu'il ne présente aucun défaut visuel au niveau de son col et de son goulot.

 

 

Nous sommes en Septembre 2010, les vendanges approchent, il y a 82 ans, à la même période, les Merlots du Château Gazin murissaient tranquillement, en attendant d'être récoltés avec précaution, vinifié avec soin et élevés avec patience, jusqu'à aboutir dans cette bouteille, où il séjournera pour 80 années, avant que nous nous décidions à le découvrir...

 

Plus qu'une simple dégustation, c'est un moment d'émotion, un voyage dans le temps.

 

 DSCN2427.JPG   DSCN2433.JPG

 

La bouteille a passé la nuit debout, pour laisser, retomber le dépôt. Le vin ne sera pas décanté, inutile de courir ce risque, un service méticuleux sera suffisant pour éviter de servir la lie. Une fois débarrassé de son col, l'opération délicate, consiste à extraire un bouchon, extrêmement fragilisé par le temps. Beaucoup de patience et des gestes lents et réguliers permettent de s'en sortir convenablement, le bouchon est en morceau mais assez peu de liège a atterrit dans la bouteille.

 

Enfin libéré, le nectar aboutit dans nos verres, la robe est rassurante, elle possède une belle intensité à première vue. L'évolution semble marquée sur le disque mais moins que l'on aurait imaginé, par contre, la teinte évolue assez rapidement, une fois servi, le vin arbore petit à petit ces couleurs d'automne si particulières aux vin de grande maturité, entre marron et tuilé. Le nez, lui aussi rassure, à partir de ce moment, on sait qu'on n'aura pas à faire à la déception d'un vin passé. Plein de nuances se partagent avec délicatesse, des parfums de miel de sapin, de cire à bois, de végétal séché. Ensuite avec l'aération, ce vin va nous surprendre en gagnant en intensité, avec notamment des notes de fruit noir légèrement confit, on le sent fort et fragile à la fois, car on devine que cela ne pourra pas durer mais ce vin a conservé un certain éclat. La bouche suit le même chemin que le nez, au départ, sans être acerbe, le vin semble un peu maigre, dominé par son acidité, peu de volume et des tanins très fondus. Puis on a le sentiment qu'il se muscle, qu'il s'épaissit d'un instant à l'autre. Au fur et à mesure, le vin gagne en équilibre, il est très plaisant, avec un toucher très aérien et subtil, une matière délicate et juste une ébauche de tanins en final, et la persistance est très bonne.

 

Un vin qui étonne par la richesse qu'il a pu garder après de nombreuses années en bouteille, vraiment un beau moment de dégustation.

 

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bourgogne Live 24/09/2010 15:14


Wow!
J'ai eu l'impression de la déguster avec vous ;-)
Merci pour le voyage avec cette bouteille exceptionnelle!
François


Benoit 24/09/2010 15:23



Merci beaucoup! ;-)



Présentation

  • : Oenosphère
  • Oenosphère
  • : Blog d'un caviste itinérant, amoureux de la vigne, du vin et des gens qui le font. Découvrez les photos des visites et des rencontres autour du vin...
  • Contact