Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 19:18

Alpes

 

 

Lors d'une visite à la famille, j'aperçois un coteaux, extrêmement escarpé qui m'a tout l'air de disposer d'un parfaite exposition et d'être bien enherbé comme il se doit. Ses vignes qui me font de l'œil méritent un détour.

 

P9190017   P9190003

 

 

 

La promenade sur le coteaux de Cevins qui mène au point de vue, et longe la Madone, permet de constater qu'il faut effectivement avoir de bons mollets pour gambader dans ces vignes. Elles sont plantées en terrasse sur des échalas, et elles semblent pleines de vie, enherbement naturel et insectes sautillants de toute part. Les ceps reposent sur des socles d'ardoise qu'on peut apercevoir dans certaines parcelles, ces schistes semblent vraiment affleurer directement. Sur le conseil d'une habitante, qui participe régulièrement aux vendanges, je repère le numéro de Brice Omont sur la porte de la cave, et le rendez-vous est pris pour le lendemain.

 

 

 P9190020  P9190050  P9190037.JPG

 

Domaine des Ardoisières

 

Si bon nombre de vignobles en France prennent leur origine à l'époque Romaine, dans les Alpes, celle-ci les a précédé. En effet, Columelle dans son traité d'agronomie, "De re agricola", cite que les romains ont trouvés la vigne à leur arrivée en Allobrogie en -120 ans av. JC. Dans cette région rurale, puis industrielle avant de devenir touristique dans les années 50, la viticulture représentait une part importante de l'agriculture, environs 20 000 ha étaient cultivés. Petit à petit ces surfaces n'ont cessé de diminuer pour laisser aujourd'hui à peine 3000 ha de vignes.

 

Le Coteaux de Cevins n'a pas échappé à cet désertion de la vigne, malgré sa situation exceptionnelle orienté plein Sud, la vigne a cédé sa place à des bois, et la culture de la vigne a cessé pendant un temps. Cela était sans compter sur l'opiniâtreté de certains Cevinois et de certains vignerons passionnés. En effet le pari fou est pris, de défricher ces pentes à 60% et réimplanter des cépages typiques de la région... Voici la chronologie :

 

Avril 1997 : Rencontre :
 Denis Perroux, maire et ses adjoints Claude Rey, Gilbert Pivier
André Curtillat, Association Vivre en Tarentaise - Michel Grisard, vigneron

Septembre 1997 Réunion publique.

Mai 1998 1 ère plantation (20 ares Altesse) au nom de Louis et Fernand Pointet et André Hybord.

Juin 1998 Constitution par la Mairie d'une demande d'aide au « Fond de gestion de l'espace rural ».

Octobre 1998 Obtention de l'aide de l'Etat.

Fin 1998 Début des travaux : les propriétaires des terrains coupent leur bois. Les pistes sont réalisées.

Début 1999 Didier Manghera avec sa « pelle araignée » commence le dessouchage et le bêchage du coteau.

Avril 1999 Constitution de l'EARL Domaine des Ardoisières par Michel Grisard. Plantation : 1 Ha 40.

Printemps 2000 Plantation de 2 Ha 93 de vigne.

Octobre 2002 1 ère récolte significative (22 Hl)

Mai 2003 Plantation de 50 ares de vignes.

28 Juin 2003 Inauguration du coteau en présence de M. Le Ministre de l' Agriculture Hervé Gaymard.

Eté 2003 Sécheresse…

2003 Déception = 16 Hl de vin seulement

2004 Millésime un peu dur au départ

1er Janvier 2004 Création de la « SARL Cave de Cevins » (46 associés) pour aider le vignoble, acheter le bâtiment et construire le chai et le caveau.

Mai 2004 Plantation de 65 ares de vigne.

2005 Très bon millésime, agréable, riche et fruité.

15 Mars 2005 Installation de Brice Omont, transformation du Domaine des Ardoisières en SCEA

 

 

P9190023  P9190033  P9190031

 

L'ensemble des 7ha est conduit en biodynamie.

 

Argile Blanc 2009 : Jacquère 40%, Chardonnay 40%, Mondeuse blanche 20% sur les coteaux de St Pierre de Soucy.

La Mondeuse blanche est un cépage rare, typique de la région, il reste pourtant peu cultivé. Ce blanc limpide présente un nez de fleur blanche, de beurre frais, de poire. L'élevage (1/3 barrique) se ressent encore légèrement au nez comme en bouche, mais il reste subtil. La bouche fraiche mais ample, offre un joli gras velouté, qui est allongé d'une fine minéralité. Un vin élégant et gourmand

 

Argile Rouge 2009 : Gamay 80%, Persan 20% sur les coteaux de St Pierre de Soucy.

Le Persan est lui aussi un autochtone rare et peu cultivé, en dégustation pur, il peu rappeler le Pinot, me précise Brice Omont.

La robe violacée reste assez claire. Le nez est d'abord bien réduit, il lui faut de l'aération, pour que se présentent des arômes plus gourmands de petits fruits rouges, de cerise, de réglisse. La bouche est fraîche et gouleyante avec une structure agréable qui confère de l'élégance et de la longueur au vin.

 

Schistes blanc 2008 : Jacquère 50%, Pinot Gris 20%, Roussanne 20%, Mondeuse blanche.

Ce vin provient des Coteaux de Cevins, les vignes en terrasses plein Sud dont les pentes atteignent 60% reposent sur des sols pauvres et peu profond de nature schisteux, de l'ardoise. (cf Photos)

La robe est bien brillante, cristalline. Le nez est complexe et riche, il évoque du fruit blanc, poire, et des agrumes type citron vert, du tilleul et de la pierre. On ressent même une touche exotique, plus mûre, de mangue, d'ananas. La bouche est vive en attaque, puis s'habille d'un gras bien dosé, ensuite le minéral prend une place importante, de plus en plus importante, on a cette sensation de caillou persistante qui apporte une grande longueur. Un vin complexe, à la fois riche et très minéral qui laisse présager d'une grande garde. Impressionnant quand on sait que ces vignes ont à peine plus d'une dizaine d'année.

 

 

Une belle découverte que ce domaine des Ardoisières, dont je suivrai l'évolution avec plaisir. Pour prolonger un peu ce passage en Savoie, une seconde visite est programmée, le Domaine Belluard à Ayse, dont je connais déjà les vins.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Oenosphère
  • Oenosphère
  • : Blog d'un caviste itinérant, amoureux de la vigne, du vin et des gens qui le font. Découvrez les photos des visites et des rencontres autour du vin...
  • Contact